ARTICLE PRECEDENT

Tech Tiwa Savage supplie Rihanna pour un featuring
27 juil 2020

ARTICLE SUIVANT

Tech Cristiano Ronaldo ’’ est le Michael Jordan du football ’’, dit Lingard
28 juil 2020
Tech Airbnb et ClassPass craignent les antitrust aériens avec les législateurs après la bagarre sur l’App Store

Apple a fait pression sur les entreprises pour une commission de 30% sur les ventes virtuelles selon les règles de l'App Store

La société de location de vacances Airbnb et le service de classe de fitness ClassPass ont discuté avec les bureaux des législateurs de la Chambre des préoccupations antitrust soulevées par la commission de 30% d’Apple sur l’App Store, rapporte le New York Times . Les deux sociétés avaient commencé à offrir des services virtuels à la suite de la pandémie COVID-19, seulement pour qu’Apple prenne contact pour demander 30% des ventes réalisées via leurs applications iOS.

La nouvelle que les deux sociétés ont rencontré les législateurs intervient la veille du jour où le PDG d’Apple, Tim Cook, doit témoigner devant le panel antitrust du House Judiciary Committee, aux côtés des PDG d’Amazon, Google et Facebook. La politique d’Apple consistant à prendre 30% des frais payés via l’App Store devrait être discutée lors de l’audience, les critiques alléguant que les frais rendent plus difficile la concurrence avec les services de première partie d’Apple. Cependant, Apple n’offre pas de services en concurrence avec Airbnb ou ClassPass.

LES DEUX ENTREPRISES ONT COMMENCÉ À OFFRIR DES SERVICES VIRTUELS EN RAISON DE LA PANDÉMIE

Le comité a amassé au moins 1,3 million de documents tout au long de son enquête, a tenu cinq audiences et passé des centaines d’heures à mener des entretiens alors qu’il enquêtait sur les grandes entreprises technologiques.

L’ UE a également ouvert sa propre enquête antitrust sur l’App Store d’Apple et les politiques d’Apple Pay plus tôt cette année.

Dans le cas de ClassPass, le New York Times rapporte qu’il a commencé à proposer des cours d’exercice virtuels alors que les gymnases fermaient en raison de la pandémie COVID-19, et qu’il a abandonné sa commission standard sur les cours virtuels pour transférer l’intégralité des revenus aux gymnases eux-mêmes. Il n’aurait pas payé de frais à Apple auparavant, mais on lui a demandé de payer 30% après que ses cours soient devenus virtuels. En réponse, il aurait cessé d’offrir des cours virtuels via son application iPhone. Selon le NYT , ClassPass a été informé qu’il avait jusqu’à la fin du mois pour commencer à payer les frais, mais Apple a déclaré qu’il avait jusqu’à la fin de l’année pour se conformer.

Pendant ce temps, Airbnb a commencé à proposer des « expériences en ligne » comme des cours de cuisine et des séances de méditation en réponse à la pandémie. C’est une extension des expériences qu’elle a commencé à offrir aux côtés de ses locations de vacances traditionnelles en 2016. Le New York Times rapporte qu’Airbnb est toujours en négociations avec Apple.

Airbnb et ClassPass ne seraient pas les premières entreprises à se plaindre des politiques d’App Store d’Apple. Un exemple très médiatisé est venu plus tôt cette année, lorsque Basecamp a été impliqué dans une bataille acharnée avec Apple sur sa politique de commission de 30% après le lancement de son service de messagerie Hey . Apple a initialement bloqué son application iOS de recevoir des mises à jour parce qu’il n’y avait aucun moyen de s’inscrire dans l’application, puis a finalement autorisé l’application sur son magasin lorsque Hey a dit qu’il offrirait des adresses e-mail gratuitement qui expireraient après 14 jours.

Au milieu de ces plaintes, le montant d’argent qu’Apple tire des services est en plein essor. Dans ses résultats du deuxième trimestre en avril , Cook a déclaré un « record absolu » pour le montant des revenus générés par la division des services d’Apple, qui est passé à 13,3 milliards de dollars contre 11,5 milliards de dollars un an auparavant.

« Pour s’assurer que chaque développeur peut créer et développer une entreprise prospère, Apple maintient un ensemble de directives claires et cohérentes qui s’appliquent de la même manière à tout le monde » , a déclaré Apple au New York Times dans un communiqué. Il a déclaré que ses directives d’application remontent à 2010.

Lire aussi